Si vous avez décidé de franchir le pas et de faire construire votre future maison, vous devez avant tout savoir que depuis le 1er janvier 2013, c’est la RT2012 qui s’applique aux nouvelles constructions. Cette nouvelle réglementation thermique, qui remplace la RT2005, vise principalement trois objectifs : une réduction de la consommation énergétique, la garantie d’un confort d’été minimal et une optimisation bioclimatique du bâti.

 

La réduction de la consommation énergétique

 

Les précédentes réglementations thermiques avaient déjà pour objectif une réduction de la consommation énergétique. Néanmoins, la RT2012 accentue les contraintes et fixe des normes plus exigeantes, qui découlent de la loi sur la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement. La RT2012 reprend en fait à son compte les objectifs du label BBC. Par rapport à la RT2005, la consommation d’énergie primaire doit être divisée par trois : 50 kWh/m² par an contre 150 kWh/m² précédemment.

 

 

Cette exigence d’efficacité énergétique s’applique à la production d’eau sanitaire, au chauffage, à la climatisation et à l’éclairage de la maison. Elle va de pair avec des normes strictes d’isolation. En particulier, elle impose d’éviter les ponts thermiques qui génèrent des pertes de chaleur. Les bâtiments doivent disposer d’une bonne étanchéité à l’air : des flux non maîtrisés ou les entrées d’air parasites ne doivent ainsi pas venir s’ajouter à la ventilation prévue dans la maison. L’utilisation d’équipements performants s’impose dans le cadre de cette norme.

 

Des équipements performants pour l’optimisation bioclimatique

 

L’optimisation bioclimatique du bâti s’applique aux systèmes de chauffage, de refroidissement, de l’eau chaude sanitaire, des auxiliaires (ce qui comprends notamment les différentes pompes et la ventilation) et d’éclairage. On cherche tout d’abord à réduire les besoins énergétiques et donc les puissances à installer. Parmi les systèmes de chauffage préconisés figurent la chaudière à condensation, la chaudière à bois automatisée, la pompe à chaleur, le raccordement à un réseau collectif de chaleur (par exemple production par incinération des déchets) ou encore des poêles ou des inserts à bois.

 

La ventilation est étudiée en fonction de l’exposition de la maison au vent. Le plus souvent, on choisira une ventilation simple ou double flux. Le photovoltaïque peut être employé pour la production d’eau sanitaire.

Dans le cas où la maison ne dispose pas de climatisation, la RT2012 impose une exigence de confort d’été. En fonction de la zone climatique et de l’altitude, il est en effet possible de définir des habitations qui ne nécessitent pas de système de refroidissement. L’optimisation du bâti permet de ne pas dépasser un seuil de température lors de 5 jours consécutifs de forte chaleur. Isolation, systèmes de ventilation naturelle, distribution optimisée des baies vitrées par rapport au soleil et protections solaires sont destinés à répondre à cette exigence.

 

Conçue pour respecter les engagements du Grenelle de l’environnement, la rt2012 pourrait en fait se résumer à une série d’actions concrète : favoriser la conception bioclimatique, isoler plus efficacement, traiter les ponts thermiques et rendre le bâtiment étanche tout en assurant la ventilation et utiliser les nouvelles énergies.

Article sponsorisé