La surélévation des immeubles pourrait bien être la solution à plusieurs problèmes immobiliers actuels. En créant de nouveaux espaces d’habitation, elle répondrait aux problèmes de crise du logement sans pour autant occuper de l’espace au sol supplémentaire. Elle permettrait aussi d’améliorer les performances thermiques des bâtiments existants : de quoi limiter la facture énergétique et lutter contre le réchauffement climatique.

Et entreprendre une surélévation signifie également d’augmenter la surface habitable « à moindre » coût pour certaines grandes villes. On est donc loin de la simple utopie et les avantages sont multiples.

 

Pourquoi surélever des immeubles ?

Face à la diminution des terres agricoles, et de façon générale des terrains disponibles, la tendance est à la densification des centres urbains. Cela peut se manifester dans les municipalités qui ont un tissu urbain lâche par l’incitation à construire sur des terrains demeurés en friche au coeur des agglomérations. Mais dans celles qui sont déjà très bâties, la solution d’avenir semble de faire pousser le ville en hauteur, en surélevant les immeubles.

Les avantages sont multiples, à commencer, précisément, par la création de nouveaux logements sans avoir à sacrifier de nouveaux terrains. Par ailleurs, les banlieues, même bien reliées au centre-ville par des transports en commun, ne sont pas du goût de tout le monde. Rehausser des immeubles permet d’offrir plus de possibilités dans le centre.

Après avoir contacter quelques professionnels qui proposent la surélévation immeuble, j’ai pu constater que les prix varient dans une fourchette approximative située entre 1200€ et 1900€ le mètre carré. Là aussi, tout dépend de la situation de l’immeuble, par exemple il sera plus difficile d’entreprendre une surélévation dans une rue étroite que dans un boulevard. Bien entendu d’autres facteurs sont à prendre en considération, et seul un professionnel pourra vous faire une estimation réelle en fonction des contraintes de votre projet. Néanmoins, pour ceux qui visent les grandes villes, une surélévation peut s’avérer nettement plus avantageuse que d’acheter un appartement seul (par exemple, pour investir à Toulouse où les prix de l’immobilier en hypercentre dépassent allégrement les 3000€ du mètre carré). Il est donc possible d’augmenter confortablement la rentabilité d’un immeuble.

Pour une copropriété qui envisage de se lancer dans l’aventure, il y a d’autres avantages : le prix de vente des nouveaux appartements pourra utilement servir à financer des travaux d’amélioration de l’immeuble, en particulier d’isolation de la façade. De même, si l’on envisage une isolation du toit, pourquoi ne pas en profiter pour créer de nouveaux espaces d’habitation ? On fait ainsi d’une pierre deux coups : on réduit sa facture énergétique et on finance les travaux grâce aux nouveaux appartements.

 

Comment procéder ?

La surélévation des immeubles apparaît donc comme une solution à la fois « écologique » et financièrement intéressante. C’est aussi l’occasion d’investir dans son propre immeuble, dans des appartements destinés à la location et de créer par là même un nouveau patrimoine immobilier. Dans le cadre d’un achat en copropriété, la décision de surélévation doit être prise par l’assemblée des copropriétaires, dans le respect de la loi du 10 juillet 1965. L’accord des propriétaires du dernier étage, directement affectés par les travaux, doit en particulier être obtenu.

L’autorisation accordée par la municipalité selon la procédure d’un permis de construire classique devra s’inscrire dans le cadre du PLU (Plan Local d’Urbanisme) ou du POS (Plan d’Occupation des Sols) qui précisent les règles selon lesquelles les bâtiments sont implantés. Dès lors, la copropriété a tout intérêt à avoir recours à un géomètre expert pour déterminer l’assiette de l’immeuble. Cette détermination donne lieu à un bornage à l’amiable ou à un bornage judiciaire avec les voisins.

Le projet pourra par ailleurs bénéficier du dispositif communément appelé le bonus de COS (Coefficient d’Occupation des Sols) environnemental. Ce dispositif stipule en effet que lorsqu’un immeuble remplit les conditions de performances énergétiques ou s’équipe pour la production d’énergies renouvelables, il est possible de dépasser le COS de 20%. Ces conditions sont précisées dans l’arrêté du 3 mai 2007.

 

Étant à la recherche d’un immeuble de rapport, et les biens en hypercentre de Toulouse s’échangent à des prix relativement élevés, c’est une des possibilités que je retiens pour augmenter la rentabilité de l’investissement si elle s’avère possible.

 

Et vous, que pensez vous de la surélévation d’immeuble? Si vous avez déjà eu l’opportunité d’entreprendre de tels travaux, n’hésitez pas à témoigner!
Mots clés de recherche:
  • appartement surélévation